Le meilleur coiffeur de Harrare

L’homosexualité est un crime dans de nombreux pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Début janvier, le Nigéria promulguait une loi adoptée à l’unanimité prévoyant une peine de 14 ans de prison en cas de mariage homosexuel et 10 ans d’emprisonnement pour les personnes de même sexe affichant publiquement leur relation. Dans le pays qui nous intéresse ici, le Zimbabwe, l’homosexuel est un criminel aux yeux de la loi, tandis que l’église parle – sans surprise –  d’une abomination.

ImageC’est le thème central du premier roman de Tendai Huchu, Le meilleur coiffeur de Harare, qui paraît au mois de février aux éditions Zoé (collection écrits d’ailleurs). Le meilleur coiffeur en question c’est Dumisani, jeune Zimbabwéen qui a tout pour plaire et exerce son talent au salon de Mme Khumalo. Il devient proche de Vimbai, la narratrice du roman, autre coiffeuse réputée, avec qui se nouera une relation d’amitié teintée d’amour.

Si le roman est avant tout une comédie, le divertissement que représente le bal des clientes dans l’ambiance feutrée du salon, l’humour et le goût du bon mot sont autant de moyens de relativiser les difficultés du quotidien. En effet, la critique du pouvoir politique est bien présente. Elle saura retenir l’attention du lecteur, donnera au récit la profondeur et l’intérêt qu’il mérite. Ainsi la dénonciation de la corruption, le taux de chômage qui atteint les 90%, la forte dévaluation de la monnaie, le fossé des classes sociales où rutilantes Mercedes et centres commerciaux luxueux attisent la convoitise, sont autant de charges portées au président Mugabe et à son régime autoritaire en place depuis 1980. Si bien que Vimbai, cette fille-mère pourtant courageuse et indépendante a « la sensation de ne pas pouvoir s’extraire » de ce marasme qui ruine son pays, allant même jusqu’à se demander si « l’indépendance était devenue un fardeau plus lourd que le joug de l’oppression coloniale ? » C’est donc une réflexion sur l’Histoire et les conséquences de celle-ci sur des êtres en quête de liberté.

Le meilleur Coiffeur de Harrare, de Tendai Huchu traduit de l’anglais (Zimbabwe) par Odile Ferrard, éditions Zoé (2014)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :