Bagdad mon amour

     Bagdad
     j’ai tant voulu
     te bercer, te chérir
     te montrer le chemin
     soigner tes blessures
     apaiser tes douleurs et ta soif de vengeance
 
     Bagdad
     ne voulais-je pas simplement te porter comme une fillette sur mes épaules?
 

L’actualité brûlante, celle qui rend compte de la percée djihadiste à Mossoul en Irak, entre en résonance avec la parution d’un recueil de Salah Al Hamdani, Bagdad mon amour (suivi de Bagdad à ciel ouvert, éditions Le Temps des Cerises) et nous permet, plutôt qu’à travers l’écran abyssal de la télévision ou les discours de journalistes un peu trop experts, d’entendre la voix du Poète.

L’Irak connait la guerre desalahpuis plusieurs décennies. La lente descente aux enfers que subit ce peuple débute en 1970 lorsque Saddam Hussein accède au pouvoir sous l’œil bienveillant des États-Unis, de l’URSS, de l’Europe. Ce qui ressemble d’abord à un nationalisme sectaire vire très vite à une dictature féroce. La chute du bourreau, en 2003, laisse place à un islamisme militant favorisé par l’effondrement de l’État central et l’exacerbation des clivages religieux. Salah Al Hamdani connait l’histoire de son pays : il est un opposant en exil à Paris depuis 1975. Avec ses textes, il « témoigne humainement du poids de l’histoire sur la poitrine du vivant » et raconte, à distance, « cette tragédie de l’histoire qui traverse les peuples comme un poignard perce les chairs »(1). Contrairement aux analyses chiffrées et légitimées, aux comptes-rendus simplistes qui relatent les faits et laissent l’humain en dehors de toute considération, l’auteur d’Adieu mon tortionnaire rend compte depuis près de trente ans, de « la vie immédiate » et « donne nom et présence à ce qui s’absente dans tout discours, l’innocence perdue, la pulsation de la souffrance intérieure, l’effroi de la perte, la violence de ce qui sépare un être de lui-même ». En ce sens, les poèmes de Salah Al Hamdani sont « essentiels pour notre temps ».

(1) Les phrases entre guillemets sont des extraits de l’excellente préface de Jean-Pierre Siméon.

Bagdad mon amour (suivi de Bagdad à ciel ouvert) par Salah Al Hamdani, éditions Le Temps des Cerises, 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :