Debout-payé

CV-Gauz-CheeriDebout-payé, « rester debout toute la journée dans un magasin, répéter cet ennuyeux exploit de l’ennui, tous les jours, jusqu’à être payé à la fin du mois ». C’était le quotidien d’André, de Ferdinand dans les années 70 et c’est désormais celui d’Ossiri (le narrateur derrière qui Gauz se cache), tous trois vigiles Ivoiriens à travers les âges aux Grands Moulins de Paris, chez Séphora aux Champs Elysées ou au Camaïeu Bastille. Trois générations de Debout-payés, autant d’expériences personnelles qui illustrent le parcours de la communauté africaine sans-papiers de Paris.

Quand il se tient debout à son portique électronique c’est pour nous parler de la société de consommation. Quand dans sa « cabane de l’ennui », il fixe l’affiche publicitaire où il croit reconnaître sa mère, il se souvient de la douce musique de ses mots, de son éducation à elle, qui lui parlait de « l’achèvement ridiculeusement coloré du cycle infernal de l’humiliation des nègres commencée depuis l’esclavage ». Quand, dans les rues de Paris, il déambule de son domicile à son travail (le trajet La Chapelle-Bastille est mémorable), c’est par la simple description qu’il exerce un regard sociologique affuté.

Le récit principal, narratif, plus littéraire nous parle d’Histoire et de politique quand les quelques respirations sous forme d’anecdotes, de réflexions, souvent drôles, parfois tragiques, nous décrivent la société à la manière d’une observation participante. Entre Le Bonheur des dames et Le Discours sur le colonialisme, maintenant il y a Gauz, et son Debout-payé nous réjouit en même temps qu’il nous éclaire.

Debout-payé par Gauz, éditions Le Nouvel Attila, 2014

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :