Archives de Catégorie: Littérature Angola

Les Transparents

« – mais qui commande tout ça ?
– des gens très supérieurs.
– supérieurs…comme dieu ?
– non. supérieurs vraiment ! ici en Angola il y a des gens qui commandent plus que dieu. »

On peut penser à La Vie mode d’emploi, davantage encore à L’Immeuble Yacoubian, ou encore invoquer l’onirisme de Mia Couto, mais c’est de Luanda dont il s’agit et l’écriture d’Ondjaki, d’une belle densité poétique, ne se confond avec aucune autre.

Transparents-HD-300x460Né en Angola juste après l’Indépendance, à l’aube d’une interminable guerre civile, cet auteur – dont c’est le premier texte traduit en français (prix Saramago 2013) – nous propose à la manière d’un long poème en prose (pas de majuscules, pas de points), une immersion dans un quotidien luandais au plus proche de la réalité de ses habitants. L’exubérance est de mise, « les gens, les fêtes, les rythmes et même les enterrements, […] c’est ce qui est beau dans cette ville » et l’immeuble autour duquel gravitent les quelques 350 pages du roman s’apparente à un laboratoire de la vie sociale, un concentré de fraternité comme pour mieux en souligner sa fragilité. Un terrain parfois propice à la tragédie aussi. Car Luanda, c’est la ville des petites combines où le ministre et sa bande veulent exploiter le pétrole au risque de tout détruire, faute de soubassements : « On verra plus tard ce qui peut arriver, d’abord remplissons-nous les poches ».

L’envahissement du premier étage par une eau mystérieuse, sorte de fontaine de jouvence « qui donne au corps et à l’âme une énergie singulière et vivifiante » participe à la dimension fantasmagorique d’un récit dont l’une des figures centrales, Odonato, souffre d’une transparence croissante pour s’être privé de nourriture au profit de ses enfants. Le mot de la fin lui revient tant sa sagesse et sa lucidité en font le porte-parole de tout un peuple : « Nous ne sommes pas transparents parce que nous ne mangeons pas, nous sommes transparents parce-que nous sommes pauvres. » Roman social, roman onirique, roman politique.

Les Transparents par Ondjaki, traduit du portugais (Angola) par Danielle Schramm, éditions Métailié, 2015