Archives de Catégorie: Photographie

Des tambours sur l’oreille d’un sourd

cover_teddy« Exilé politique durant de longues années en Belgique, Teddy Mazina choisit à son retour de s’engager en tant que photographe dans le débat démocratique au Burundi. Toujours en noir et blanc, ses photos, à la fois simples et de grande qualité artistique, constituent des archives exceptionnelles de la vie sociopolitique de son pays. Activiste de la mémoire, Teddy nous offre à travers ce livre des images parfois poignantes, parfois festives mais surtout éclairantes sur le Burundi d’aujourd’hui, encore convalescent, balloté entre espoir et déception. »

Une vidéo de Teddy Mazina sur son travail.

Des tambours sur l’oreille d’un sourd / Burundi par Teddy Mazina, Africalia Editions & Stichting Kunstboek, 2015


Pieter Hugo

« L’Afrique est ma terre natale, mais je suis blanc. Je me sens africain, quel qu’en soit le sens, mais si on demande à n’importe qui en Afrique du Sud si je suis africain, la réponse sera toujours négative. Je ne me sens pas en phase avec la topographie sociale de cette terre, et c’est sûrement la raison pour laquelle je suis devenu photographe ».

Pieter_Hugo_en peripherie de Pretoria, 2013Pieter Hugo propose, par l’intermédiaire d’une série de photographies réalisées au cours des huit dernières années, une réflexion autobiographique aussi bien que sociologique sur l’Afrique du Sud post apartheid. Après avoir travaillé dans différents pays du continent, le photographe prend à témoin son environnement immédiat comme pour mieux questionner son héritage et son identité d’Afrikaner. Le procédé est frontal : les paysages sont bruts, les portraits dénués d’artifices. Quelques natures mortes, comme un clin d’œil à la peinture flamande, donnent une dimension historique à cette série qui questionne aussi l’héritage colonial.

Pieter_Hugo_Ann Sallies, ma nourrice, Douglas, 2013L’exposition, un peu courte, rassemble quarante photographies, desquelles émane un silence assourdissant : l’intensité des regards dans un espace intime souvent misérable, tout comme le chaos qui englobe tout espace public, renvoient à la souffrance quotidienne endurée par la société sud-africaine. Le photographe, sans nous faire la leçon, regarde son pays en face, souligne les inégalités économiques et raciales qui perdurent comme pour mieux « se regarder soi-même et regarder son prochain ».

L’exposition est à voir jusqu’au 26 avril 2015 à la Fondation Henri Cartier-Bresson.
Le catalogue de l’exposition en anglais : Pieter Hugo : KIN par Peter Hugo et Ben Okri, éditions Aperture, 2015.